Gaillard Fenua

08 septembre 2017

Koko ou Trou du Marite à Kaukura

Ce koko, tunnel sous marin, dont l'entrée est situé au milieu du lagon de Kaukura devant le motu Vaivaitai et la sortie dans l'océan en face de ce même motu est le site de la légende de Maritepa et de Teahiaroa. Il était une fois, vivant sur un des motu de Kaukura, une très belle femme. Pour l'aider à affronter la solitude, les dieux lui accordèrent d'avoir des enfants. Mais la femme dédaigna ce don. Un jour, elle confia à l'océan la terre qui renferma deux corps d'enfant celui de Maritipa et de son frère Teahiaroa. Les deux enfants, emportés par le courant dérivèrent pendant un temps indéfini. Devenus adultes, Maritipa prit la forme d'un requin, tandis que Teahiaroa se transforma en une magnifique raie. Tout deux avaient cependant gardé un visage humain. Un jour, par hasard des pêcheurs découvrirent une grotte marine appelée Marite. C'est par ce tunnel de 800 mètres de long, de 30 mètres environ de diamètre que Maritipa et Teahiaroa émergeaient de l'océan. La sortie côté large de cette grotte marine porte le nom de Mapiri tandis que l'entrée côté lagon est appelée Vaitomoana. Ce passage sous-marin deviendra plus tard, leur cimetière. En effet, par une nuit de tempête, alors que Maritipa et Teahiaroa étaient au large des vagues d'une violence extrême s'engouffrèrent dans le tunnel, détruisant tout sur leur passage. Dans un bruit sourd, les rochers se détachèrent obstruant totalement la grotte. Au petit matin, lorsque Maritipa et Teahiaroa voulurent revenir dans le lagon, ils découvrirent un mur au milieu de la grotte. Le passage était fermé à tout jamais. Maritipa et Teahiaroa émirent des plaintes si fortes que toute vie sur l'atoll de Kaukura cessa un instant. Aujourd'hui ces échos plaintifs sont encore perçus, accompagnés de sifflements. C'est un message des deux enfants de Kaukura, qui signifie que le temps va changer et qu'une forte houle est prévue.

kaukura

 

Sans titre-3

Posté par Michel- à 17:37 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,


01 septembre 2017

la légende de la noix de coco

N'avez-vous jamais remarqué 2 yeux et 1 bouche sur les noix de coco ...

noix-de-coco

On dit qu'il n'y a aucune raison pour qu'un objet qui tombe fasse un crochet pour nous éviter, et pourtant à Tahiti, les noix de coco ne tombent jamais sur ceux qui passent en dessous ! Sauf si bien sûr on a quelque chose à se reprocher...
 
La légende raconte l'histoire d'une jeune fille, Hina, que les yeux noirs et la soie de ses longs cheveux rendait la plus jolie des îles. Son père décida un jour de la marier à un époux digne de sa beauté. Mais le jour de ses noces, Hina s'enfuit à la vue d'une immense anguille, au corps et à la tête énorme : le prince des anguilles.
 
Elle trouva refuge dans un fare (case) de Vairao, la maison du légendaire demi-dieu Maui qui fut ébloui, à son retour de pêche, par la lumière éclatante qui auréolait son fare.
C'était les cheveux d'Hina qu'un rayon de soleil frôlait et qui brillaient ainsi. Au récit de son aventure, Maui la prit sous sa protection. L'anguille, attirée par l'éclat de la chevelure, se fraya un chemin, en ouvrant dans le récif barrière de Vairao, un large chemin que l'on appelle aujourd'hui la grande passe Tapueraha...
 
... Maui alerté, pris un long cheveu d'Hina, y attacha un hameçon de nacre et captura la bête monstrueuse. Quand il l'eut tiré sur le rivage, il lui coupa la tête qui roula au pied de la jeune fille.
La tête s'exprima alors : "A partir de ce jour, tout les hommes, et toi la première, vous m'embrasserez sur la bouche. Je meurs, mais tu seras quand même mienne par le baiser éternellement".
 
Maui enveloppa aussitôt la tête dans des feuilles de bananiers et tendit le paquet à Hina afin que , de retour chez les siens, elle puisse la détruire pour que la prédiction ne se réalise pas. Mais Hina ne doit surtout pas poser la tête sur le sol !
 
En cours de route, elle arriva au bord d'une rivière dont l'eau était claire et fraîche. Décidant de s'y baigner et oubliant le conseil de Maui, elle posa le paquet sur le sol. Aussitôt, la terre s'ouvrit et engloutit la tête de l'anguille. Un arbre étrange apparut et se mit à grandir démesurément. On aurait dit une immense anguille dressée, la tête vers le soleil. Le premier cocotier venait de naître... Une grande sécheresse fit que bientôt, toute eau douce vint à disparaître. Les fruits de l'arbre qui contenaient une eau claire et sucrée, étaient marqués de 3 taches disposées comme 1 bouche et 2 yeux...
 
Hina fit comme les autres, sans se rendre compte que la prophétie venait de s'accomplir. Assoiffée, elle colla ses lèvres sur la bouche de la noix de coco pour boire...

legende

Posté par Michel- à 18:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 août 2017

Les culottes du dimanche...

Les culottes du dimanche: Une enfance sans frontières des îles Marquises au monde

 

teaki_01

 

 

Dès les premiers chapitres du roman de Teaki , je suis amené à revivre un peu ma propre vie de bohème, mais aussi et surtout à cogiter réfléchir  sur cette blessure que je porte en moi : Mururoa  

"…Personne ne leur dit  que la radioactivité gangrène les peaux, les cellules, les gènes. Ils peuvent se baigner dans le lagon mais doivent s’essuyer avec un paréo pour ne pas absorber les ions impurs avec une serviette éponge. Le cuisinier fait à manger en dessalant l’eau lagon. Chacun ingère des doses radioactives sans se rendre compte qu’ils contaminent leur sperme et les ovaires de leurs compagnes. Leurs gènes portent le poison et le transmettre aux générations suivantes. Comment imaginer l’hécatombe ?..."

 

Je vous invite à voyager avec Teaki....Je continue mon voyage en espérant que ma descendance se porte bien, jamais je n’oublierai les souffrances du peuple polynésien et des mes camarades civils et militaires de Fangataufa et Mururoa. 

 

 

teaki_04

 

Le roman de Teaki Dupont-Teikivaeoho est disponible sur Amazon

 

 

Posté par Michel- à 17:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

25 juillet 2017

Légende du Uru

Uru

 

L'origine de l'arbre à pain

Ceci se passait il y a très longtemps lorsque sévissait une grande famine dans l'île de Raiatea (Ciel lointain).
Ruata'ata (Homme fosse) et son épouse Ru mau ari'i (Véritable précipitation royale) se lamentaient sur le sort de leurs quatre enfants, une fille et trois garçons. Ils n'avaient plus que la terre rouge à leur donner comme nourriture. Ils décidèrent alors de conduire leurs enfants affamés à une caverne dans les montagnes pour y manger des fougères.
Un soir Ruata'ata dit à son épouse : "0 Rumauari'i, lorsque tu t'éveilleras demain matin, va dehors et tu verras mes mains qui seront des feuilles, regarde mon corps et mes bras qui seront un tronc et des branches, et mon crâne qui sera un fruit rond.
Ruata'ata sortit et sa femme ne comprit pas ses paroles. Le matin, de bonne heure, elle se leva et constata que l'entrée de la caverne était ombragée par un arbre splendide.
C'est alors qu'elle comprit le sens des paroles de son mari qui s'était changé en arbre à pain par désespoir de voir sa famille sans nourriture, et, tout en pleurant, elle ramassa les fruits pour nourrir ses enfants.
De cette vallée de Raiatea, appelée Tua 'uru (Place de l'arbre à pain), l'arbre se propagea rapidement et fut une inépuisable réserve de nourriture pour toutes les îles.



Tiré de "Légendes polynésiennes - Gravures sur bois", Texte de D. et R. Koenig, A. Peni, J. Poroi, V. Richaud. Inspirés de "Tahiti aux temps anciens" et de "Océania". Editions HAERE PO NO TAHITI 1992

Posté par Michel- à 13:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 juillet 2017

La légende des 3 cascades

3cascades


Il y  a longtemps, très longtemps, vivait dans une vallée de Tiàrei une grande famille royale, le père se nommait Maruraì, il était craint et respecté par tout le district.
Il avait une fille qui s'appelait Faùai, elle était belle, c'était la plus jolie fille de Tiàrei, mais celle-ci ne pouvait pas parler à des garçons de son âge car son père le lui en interdisait.

C'était une fille tabou, celui qui s'en approcherait sans autorisation risquait la mort.

Pour cela elle était souvent triste. Sa voix avait un son particulier, une douceur indescriptible, et lorsqu'elle chantait dans ses moments de tristesse, elle attirait les garçons involontairement.


Faùai avait 17 ans à peine et ce qu'elle aimait avant tout c'était les promenades dans la vallée et les bains de rivière. Un jour, elle décida d'aller cueillir des fleurs dans la vallée, son père la faisait accompagner par des gardes à chacune de ses sorties.
Elle partit à la recherche du “motoì” (Ylang-Ylang), et du “maire” (fougère ornementale). Sur le sentier, elle rencontra un jeune homme prénommé Tua, à cet instant les gardes étaient en retrait d'une dizaine de mètres et ne regardaient pas Faùai, craignant de troubler son intimité, ceux-ci la suivaient à distance, Tua s'empara des fleurs que Faùai tenaient à la main et s'enfuit. Effrayée, Faùai cria, les gardes poursuivirent Tua, et le pauvre fut tué car il avait brisé le tabou.
Faùai était très en colère de ce qui s'était passé et s'en voulait d'avoir crié.

Peu de temps après, sa mère tomba malade, et la princesse Faùai devait rester auprès d'elle des journées entières.
Le tahuà ordonna que l'on aille cueillir des plantes médicinales pour soigner la femme du grand chef Maruraì. Et ce fut Faùai qui devait se rendre dans la vallée afin de récolter les plantes nécessaires.
Et dans la vallée, bien qu'elle fut accompagnée par deux gardes, elle rencontra Ivi (maigre), un jeune homme de son âge.

Celui-ci se présenta à elle :
- O vau o Ivi ! Te ìmi atoà nei au i te raau no ù. (je m'appelle Ivi, je suis aussi à la recherche de plantes médicinales).

Faùai l'entraîna derrière un buisson et fit sa connaissance. Elle dit aux gardes de rester à distance, elle leur dit qu'elle avait besoin de se recueillir quelques instants, car ayant eu une mauvaise pensée, elle venait de voir sa mère morte, et cela de manière imaginaire.
Après une petite discussion Faùai comprit que Ivi voulait l'entraîner avec lui dans la vallée, elle accepta et ils se faufilèrent dans les buissons s'éloignant rapidement des gardes, quand ceux-ci se rendirent compte de la disparition de Faùai, ils se mirent à la recherche de celle-ci.
Ivi fut effrayé par l'idée qu'ils étaient poursuivis par des gardes, aussi proposa-t-il à Faùai de se séparer d'elle, la princesse refusa et lui avoua sa vie malheureuse car elle était privée de liberté.

Elle lui dit qu'elle l'accompagnerait dans la vallée, elle voulait fuir son père tyrannique.

- E tapuni òe ia ù , e eita taua e taaê faahou ! (Tu me cacheras et on restera toujours ensemble).

Sur ces mots Ivi lui révéla son secret et lui dit qu'il était le génie de la vallée et se métamorphosa en un beau jeune homme.


Mais les cris des gardes s'étaient rapprochés, ils étaient assez proche d'Ivi et Faùai. Aussi lorsqu'ils arrivèrent prés d'une montagne, essoufflés, Ivi dit à Faùai que les gardes allaient les rattraper.

- E faaea vau na muri ia òe e tae noa atu i te hopeà. (Je resterai à tes côtés quoi qu'il advienne)

On entendit alors un bruit assourdissant, c'était de l'eau qui coulait sur les parois de la montagne.

Ivi et Faùai furent recouverts, et l'on dit depuis qu'ils vivent heureux derrière les cascades.

On nomma ces deux cascades Haamaremare rahi e Haamaremare iti.

Les gardes découvrirent ce spectacle incroyable et sur le chemin du retour, ils furent eux aussi recouverts par de l'eau, ce fut la naissance de la troisième cascade nommée Vaimahuta.

Et depuis cette vallée est appelée Faaurumaì.

Posté par Michel- à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


17 juillet 2017

A.E.I.T.

…il vous arrivera un jour de vous retourner sur l’école de vos 16 ans, vous rechercherez soit à retrouver soit à donner la chaleur et l’appui d’une vieille amitié … (Col de Buzonnière)

AEIT

 

Ce jour est arrivé, je suis membre de l’Amicale des Anciens Elèves Issoire-tulle…

http://eetat7.over-blog.fr/

 

Posté par Michel- à 15:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 juillet 2017

Tour de France à la voile...

Ce jeudi 13 juillet 2017 à Jullouville (Sud-Manche) nous avons assisté à l'arrivée de l'étape du tour de France ...à la voile. Un beau soleil, du vent, des spectateurs: il n'en fallait pas plus pour une journée réussie.

TdeF_voile00

TdeF_voile01

TdeF_voile02

TdeF_voile03

TdeF_voile04

 

Lorina Limonade – Golfe du Morbihan remporte le raid côtier de Jullo

 

C’est en arrivant hier à Jullouville que les 29 équipages ont découvert le majestueux cadre de l’Acte 3 du Tour de France à la Voile. Si l’immense plage de sable qui s’étend au Sud jusque Carolles-Plage est plus habituée à accueillir des chevaux de trot que des coques de Diam 24, elle était aujourd’hui comme un décor de cinéma pour la flotte du Tour de France à la Voile. C’est la première fois que le paddock du Tour se déploie au pied des typiques cabines de plage normandes. Et pour une première, l’essai est déjà transformé. Il faut dire que voir les trimarans évoluer dans la Baie du Mont Saint Michel est un spectacle unique ! Les monotypes ont disputé aujourd’hui un raid d’une quarantaine de milles d’une beauté à couper le souffle. A l’issue de ce grand triangle parcouru entre Jullouville, l’archipel de Chausey et le Mont Saint-Michel, c’est Lorina Limonade – Golfe du Morbihan qui s’impose magistralement

Source : http://www.tourvoile.fr/fr

 

 

Posté par Michel- à 14:59 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

29 juin 2017

Pause Natur'Elle ...

Ma "jolie fille" vient de créer sa société, alors si vous passez du côté de Thuir ( proche de Perpignan), prenez le temps de faire une Pause Natur'Elle.

logo01_Sand

 

header_Sand

 

Posté par Michel- à 18:18 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

19 mai 2017

Le domaine des hautes collines à St Jeannet...

Les hautes collines  : La tradition de l’élevage au soleil permet de travailler l’oxydation.

Vin_StJeannet_00

 

 

Vignerons depuis 2000 ans

Il y a 20 siècles les romains, en installant sur cette colline un oppidum pour surveiller la vallée,  ont planté les premières vignes et les premiers oliviers.

Petit coin de Toscane aux pieds des Baous, protégés du nord et merveilleusement exposés aux sud, ces coteaux n’ont cessé de produire du raisin. Les ruines d’un pressoir de l’époque romaine en témoignent.

Vin_StJeannet_01

 

Les étiquette sont de Rémy Rasse

Peintre-voyageur. Sillonne l’Amérique latine avec palette et pinceaux depuis 1990. Vit entre l’arrière-pays niçois et le nord-ouest de l’Argentine.

Vin_StJeannet_02

 

De 3 mois à 3 ans de soleil.

Vin_StJeannet_03

Vin_StJeannet_011

 

 

Posté par Michel- à 17:29 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

11 mai 2017

Une poussette pour ma petite fille...

Je suis parti d'un marcheur en bois de mon premier petit fils Tehau....

poussette01

poussette02

 

avec l'aide mamie Mima, ma douce, nous avons réalisé cette jolie poussette....

poussette03

 

La poupée a 30 ans (cela ne se voit pas) merci à tata Taina

poussette04

 

Et voila notre adorable petite fille Claudia était heureuse de ce cadeau inattendu ...

Posté par Michel- à 16:40 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,